Critique

[à la télé ce soir] Victor Victoria

© DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

La grande Julie Andrews fait feu de tout bois dans cette comédie musicale endiablée, sexuellement libérée, qui aura pu choquer celles et ceux pour qui l’actrice et chanteuse est définitivement représentée par ses rôles dans Mary Poppins et La Mélodie du bonheur.

Dirigée par son très talentueux mari Blake Edwards (The Party, la série des Panthère rose), elle interprète brillamment une chanteuse classique sans emploi dont la carrière prend un tour inattendu suite au conseil d’un homosexuel qui la voit bien rencontrer le succès en se faisant passer pour un homme… jouant les travestis féminins. De quoi tromper le public et surprendre certains coeurs. Remake d’un film allemand de 1933, Victor Victoria en transpose l’action de Berlin au Paris des années 30. Sa liberté de ton et son audace morale pimentent une intrigue à rebondissements superbement menée au fil de numéros musicaux composés par Henry Mancini, l’habituel complice d’Edwards. Quant à Julie Andrews, elle est époustouflante!

Comédie musicale de Blake Edwards. Avec Julie Andrews, Robert Preston, James Garner. 1982. ****(*)

Mercredi 08/12, 20h35, La Trois.

Partner Content