Critique

[à la télé ce soir] To the Moon

© Inland Films
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Un essai documentaire aux allures de divagation nocturne et de long poème…

« Puisque la nuit est destinée au sommeil, à l’inconscience, au repos, à l’oubli de tout, pourquoi la rendre plus jolie que le jour, plus douce que les aurores et les soirs? Cet astre lent et séduisant, plus poétique que le soleil et qui semble destiné, tant il est discret, à éclairer des choses trop délicates et mystérieuses pour la grande lumière. » Fasciné comme nous tous par ce satellite naturel de la Terre qui invite à la rêverie, dicte le va-et-vient des marées, est le complice des jeunes amants et se prête aux méfaits les plus divers, le réalisateur et artiste irlandais Tadhg O’Sullivan adresse une déclaration d’amour à la Lune. Un essai documentaire aux allures de divagation nocturne et de long poème… O’Sullivan a collaboré avec des spécialistes des archives cinématographiques du monde entier (Japon, Estonie, Albanie, Russie…) et signe un envoûtant collage bercé par les mots de Plutarque, Shakespeare, Maupassant et Joyce, la musique de Debussy, Dvorák et Ben Lukas Boysen. Fly me to the moon.

Documentaire de Tadhg O’Sullivan. ***(*)

Lundi 24/01, 00h45, Arte.

Partner Content