Critique

[à la télé ce soir] Sacha

© DR
Nicolas Bogaerts Journaliste

Qu’est-ce qui lui a pris, à la procureure genevoise Anne Dupraz? Magistrate reconnue, appréciée et méticuleuse, dépêchée dans une pizzeria dans le cadre d’une découverte macabre (un doigt de femme retrouvé dans la cuisine), elle vient d’ouvrir le feu sur son propriétaire, Gilles Serrati.

Son incarcération secoue le milieu judiciaire et son ex-mari Antoine, procureur général. Pour la magistrate, c’est le début d’une plongée dans son passé, sombre et traumatique, jalonné de maltraitance, d’emprise, de prostitution forcée. La réalisatrice Léa Fazer adapte le roman semi-autobiographique de la juge suisse Nicole Castioni (Le Soleil au bout de la nuit, Albin Michel, 1998) en une mosaïque temporelle qui va et vient entre les trois âges de son personnage principal: l’enfance, la fin d’adolescence et cette double enquête à laquelle elle est liée. Marquée par une certaine lenteur qui confine à l’hésitation et plombe le récit, la série déploie sur ses derniers épisodes son objectif: questionner la possibilité d’une résilience pour une femme en lutte constante pour sa survie.

Série créée par Léa Fazer. Avec Sophie Broustal, Thibaut Evrard, Michel Voïta. ***

Jeudi 03/02, 20h55, Arte.

Partner Content