Critique

[à la télé ce soir] Renault 12

© LES FILMS D'ICI
Nicolas Bogaerts Journaliste

Mohamed El Khatib est dramaturge, metteur en scène et comédien. Un jour, il reçoit un message lui disant que sa mère, malade de longue date, alitée sur un lit de douleur à l’hôpital, vit ses derniers moments.

On le presse de revenir, mais il est bien trop loin pour arriver à temps. Alors que les funérailles s’organisent à Tanger, l’oncle de Mohamed l’enjoint à venir s’occuper de l’héritage que lui a laissé sa mère. Il entreprend alors un long périple, de la France à la vallée du Rif, au Maroc, en voiture, au volant de cette bonne vieille Renault 12 familiale qui a accueilli tant de leurs trajets, jadis, entre terres d’origine et d’adoption. Objet iconique des nostalgiques des routes, la R12 est surtout un enjeu économique pour la famille. Mais les préoccupations de l’auteur ne sont pas là, alors qu’il mange les kilomètres, ouvrant les fenêtres du souvenir sur les moments de partage avec sa mère, l’enfance, la famille, l’exil, la maladie, le deuil. La micro-odyssée ne s’embarrasse pas de linéarité chronologique et vagabonde dans l’espace-temps avec une légèreté et un humour parfois déconcertants. À mesure que les mécanismes de protections tombent et ruissellent comme la pluie sur le pare-brise, perce à travers les nuages un hommage touchant, irrémédiablement dérisoire à la vie, à ses adieux, et à ce curieux véhicule de souvenirs.

Documentaire de Mohamed El Khatib. ***(*)

Samedi 12/06, 22h50, La Trois.

Partner Content