Critique

[À la télé ce soir] Life in Squares

© DR
Nicolas Bogaerts Journaliste

Durant la première moitié du XXe siècle, entre Cambridge et le King’s College de Londres, de jeunes intellectuels forment le Bloomsbury Group: l’écrivaine Virginia Woolf et sa soeur, la peintre Vanessa Bell, l’économiste John Maynard Keynes, et les écrivains E. M. Forster and Lytton Strachey. Suivant les frasques et fulgurances de cet aéropage avant-gardiste qui entend briser les carcans de la bonne société, cette minisérie relève du classicisme anglais: qualités formelles et pédagogiques indéniables, dialogues précis, intrigue vivifiante et audacieuse abordant des questions essentielles à la modernité. S’il faut être patient pour naviguer dans les prémisses d’une histoire où les relations amoureuses s’entremêlent, le sexe (léger) et les discussions politiques et artistiques abondent de tournures chatoyantes, l’effort peut s’avérer payant, tant les destins parfois tragiques sont peints avec un souci du détail au moins aussi exquis que celui employé à reconstituer les intérieurs coincés d’un Empire britannique qui tire à sa fin.

Minisérie créée par Amanda Coe. Avec Phoebe Fox, Lucy Boynton, Sam Hoare. ***(*)

Mardi 27/10, 21h00, La Trois.

Partner Content