Critique

[à la télé ce soir] La Nouvelle Vague, une bande à part

© DR
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Un documentaire sans commentaire sur une révolution artistique et une Nouvelle Vague dont l’écume flottera à jamais.

En 1954, une poignée de jeunes fanatiques prennent d’assaut une revue jusqu’alors assez sage: Les Cahiers du cinéma. Ils s’appellent Truffaut, Rohmer, Godard, Rivette, Chabrol. Ils apprennent le métier de réalisateur en regardant des films et en les disséquant. Ces jeunes gens dans le vent, personne ne le sait encore, vont faire déferler une Nouvelle Vague de fraîcheur sur le 7e art. Le documentaire de Florence Platarets et Frédéric Bonnaud se charge de raconter cette bande qui a démoli les fausses légendes et fait sauter les barrages pour permettre au cinéma français de renaître. Il y a la pionnière Agnès Varda, une des premières à dire qu’il fallait tourner vite, pas cher et en toute liberté d’expression. Agnès Varda qui voulait essayer de casser le réalisme des films de l’époque qu’elle connaissait mal mais qu’elle n’aimait pas. Puis il y a les autres. Ils sont venus. Ils sont tous là. Dans leurs costumes d’époque (des interviews de jadis). On croise jusqu’à Belmondo, Jean Seberg et certains violemment pris à partie comme un Claude Autant-Lara complètement à côté de la plaque. Images d’archives, extraits de films… Un documentaire sans commentaire sur une révolution artistique et une Nouvelle Vague (terme inventé par Françoise Giroud dans un article consacré à la jeunesse) dont l’écume flottera à jamais.

Documentaire de Florence Platarets et Frédéric Bonnaud. ****

Mercredi 16/02, 22h35, Arte.

Partner Content