Critique

[à la télé ce soir] La Fabrique de l’ignorance

© ZED
Nicolas Bogaerts Journaliste

Une analyse très construite et pédagogique autour d’un thème délicat: l’instrumentalisation offensive par de grandes industries d’études pseudo-scientifiques et d’un storytelling bien maquillé, à des fins de désinformation.

Entre l’Histoire de la production scientifique et l’analyse de discours, ce documentaire aurait pu s’intituler La Fabrique de la confusion ou La Fabrique de l’amnésie, tant les mécanismes qu’il met au jour se déploient au détriment de notre attention, de notre mémoire et de notre capacité à traiter l’information. Dans un format très classique, nourris d’interventions des chercheurs de l’ombre, Pascal Vasselin et Franck Cuveillier proposent une analyse très construite et pédagogique autour d’un thème pour le moins délicat: l’instrumentalisation offensive par de grandes industries (tabac, bisphénol A…) d’études pseudo-scientifiques et d’un storytelling bien maquillé, à des fins de désinformation. Financement abondant d’études scientifiques bienveillantes, fabrication de polémiques, inondations d’informations généralisent le doute dans les esprits. L’étude de ces techniques toxiques pour la pensée et le libre arbitre a un nom: l’agnotologie, science de la « production d’ignorance« . Un vade-mecum utile avant d’aborder tout débat moisi.

Documentaire de Pascal Vasselin et Franck Cuveillier. ***(*)

Mardi 23/02, 20h50, Arte.

Partner Content