Critique

[à la télé ce soir] La Chambre

© SLOW PRODUCTION
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Camille Vidal-Naquet suit quatre employés dans la gestion hospitalière de l’après-décès.

Le silence comme le ronronnement de la climatisation est assourdissant. Ils parlent parfois aux morts que certains préfèrent appeler des patients décédés. « Pardon monsieur. » « Ne bougez pas madame. » Les corps sont froids et les gestes précis. On est dans la chambre mortuaire de l’hôpital Bichat, à Paris. Sur les 600.000 décès qui frappent la France chaque année, 75% se passent dans un établissement de santé. Après s’être intéressé aux travailleurs invisibles qui ramassent et transportent les morts dans les grandes villes (Des Morts entre les mains), Camille Vidal-Naquet suit quatre employés dans la gestion hospitalière de l’après-décès. Quatre garants du bien-être de ceux qui ne sont plus. « Il se rasait? Il se coiffait comment? Il avait une raie au milieu? On va faire au mieux. » Toilette, maquillage, habillage, massages pour rendre la peau plus malléable… La Chambre raconte avec sobriété un métier funéraire qui rend les défunts présentables. « Vous n’imaginez pas ce que les familles sont capables de faire avec leurs morts. Une dame voulait une dent de sa maman. « Mais qu’est-ce que vous voulez faire avec? » « Je veux la mettre sur un collier. » « Mais madame, un collier avec une dent de votre maman? C’est gros une dent. Une petite mèche de cheveu ne suffirait pas? » Comme on refusait, elle nous a dit: « D’accord, je vais m’en occuper. Vous avez les outils? ». »

Documentaire de Camille Vidal-Naquet. ***(*)

Mercredi 28/07, 23h15, France 3.

Partner Content