Critique

À la télé ce lundi soir: Violence et Passion

Violence et passion © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

On considère généralement ce film, réalisé deux ans avant la mort du grand cinéaste Luchino Visconti, comme une oeuvre testamentaire.

Visconti (déjà très malade) y prend pour personnage un professeur à la retraite, et offre le rôle à son interprète américain du Guépard Burt Lancaster. L’homme vit en reclus dans un appartement somptueux, au milieu d’une collection de tableaux anciens. Une quiétude mortifère autant que luxueuse et isolée du monde, que va perturber l’installation, à l’étage du dessus, de locataires bruyants. Comment ces nouveaux venus vont perturber la fin de vie tranquille du héros, mais aussi la rendre plus intéressante, Violence et passion le montre avec un mélange de raffinement et de lucidité tranchante absolument fascinant. Le réalisateur de Senso, de Rocco et ses frères, des Damnés et de Mort à Venise réussit, au crépuscule de sa trajectoire, un film célébrant la vie et l’art avec une force extraordinaire!

  • DRAME DE LUCHINO VISCONTI. AVEC BURT LANCASTER, HELMUT BERGER, SILVANA MANGANO. 1974.
  • Ce lundi 5 janvier à 20h50 sur Arte.
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content