Critique

À la télé ce lundi soir: Répulsion

Catherine Deneuve dans Répulsion de Roman Polanski © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Répulsion, de Roman Polanski, trace le portrait d’une schizophrène paniquée par la sexualité.

Catherine Deneuve vit un enfer dans ce film au noir et blanc idéalement claustrophobe, où une jeune femme seule dans un appartement imagine des choses horribles, jusqu’à tomber dans les abîmes d’une névrose meurtrière et fatale. L’héroïne est… belge, et manucure à Londres. De nature secrète et inquiète, elle cohabite avec sa soeur et repousse toute présence masculine. Le jour où sa frangine part en voyage avec son amant, elle voit son angoisse augmenter dans un logis désormais vide de tout autre présence humaine… Répulsion trace le portrait d’une schizophrène paniquée par la sexualité. Il le fait avec un flair visuel, un sens de l’image troublant, rarement atteints dans le cinéma de genre. Une oeuvre fascinante et inquiétante, polanskissime, avec des éléments de fantastique ancrés précisément dans une réalité on ne peut plus prenante.

  • THRILLER DE ROMAN POLANSKI. AVEC CATHERINE DENEUVE, YVONNE FURNAUX, IAN HENDRY. 1965.
  • Ce lundi 2 mars à 00h45 sur France 2.
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content