Critique

À la télé ce dimanche soir: Dans l’antichambre des Beatles

Au centre, Freda Kelly. © DR
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

L’ex-secrétaire des Beatles, qui fut également leur amie, confidente et nounou, raconte sa jeunesse auprès du groupe légendaire de Liverpool dans un documentaire réalisé par Ryan White.

Embauchée par le manager du groupe Brian Esptein en 1962, alors qu’elle n’avait que 17 ans, elle fut la secrétaire à la place la plus convoitée du monde. Celle des Beatles. Pendant dix ans, Freda Kelly a supervisé le fan club des quatre garçons dans le vent. Elle a lu des milliers de lettres enamourées auxquelles elle a répondu. Fait dormir Ringo sur une taie d’oreiller pendant trois jours avant de la lui faire dédicacer, et envoyé leurs cheveux, qu’elle récupérait fraîchement coupés chez le coiffeur, à des admiratrices. On ne l’appelle plus pour faire la bringue chez Roy Orbison. Sa vie a changé. Mais excessivement discrète, cette sexagénaire de Liverpool, qui n’a jamais essayé de se faire du fric sur le dos de ses employeurs, a accepté de raconter son histoire pour montrer à ses petits-enfants qu’ils ont une grand-mère cool. Dommage que ce docu sans inspiration ni cachet de Ryan White (toutes ces histoires plus ou moins savoureuses ne pouvaient-elles être racontées ailleurs qu’en mode interrogatoire/confessions dans un salon vieillot?) ne soit pas à la hauteur de son sujet.

  • DOCUMENTAIRE DE RYAN WHITE. 2013.
  • Dimanche 31 août 2014 à 22h35 sur Arte.

Partner Content