Critique | Disney+

[la série de la semaine] Hawkeye: deux héros à son arc

Nicolas Bogaerts Journaliste

Cette comédie d’action bon enfant réhabilite un Hawkeye mal aimé et fait naître, en la personne de son apprentie, Kate Bishop, une authentique héroïne.

Les saisons s’écoulent doucement jusqu’à la fin de l’année et, avec une régularité métronomique, chacune semble amener son excroissance sérielle du MCU, le Marvel Cinematic Universe. Nimbée de références au tunnel enneigé de Noël et des fêtes de fin d’année, Hawkeye débarque sur Disney+. Elle apparaît d’emblée comme une série qui remplume son personnage principal, parent pauvre d’une fratrie de super-héros et super-héroïnes dotés de pouvoir surnaturels -et d’une aura qui ne l’est pas moins. Tout l’inverse donc de Clint Barton qui, à part sa dextérité à l’arc à flèches et une acuité visuelle affûtée, n’a pas grand-chose à faire valoir. En lui offrant un sidekick à la hauteur de la réhabilitation qu’il mérite, Hawkeye, la série, se sauve elle-même de la banalité.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Buddy movie réfférencé

Comme il est désormais de coutume, retour quelques années plus tôt: à New York, la bataille entre les Avengers et l’armée extraterrestre sous les ordres de Loki fait rage. Dans l’appartement de ses parents à moitié ravagé, menacée par une attaque fatale des Chitauri, la petite Kate Bishop est sauvée in extremis par une flèche explosive. Devenue jeune adulte, Kate n’a eu de cesse de s’inspirer de ce héros dont elle tente d’égaler la dextérité physique et archère, même si ses exploits et les catastrophes qu’ils provoquent sont peu compatibles avec la haute société dont elle est originaire. À l’occasion d’un quiproquo un peu trop tiré par les cheveux pour être détaillé ici, Kate se retrouve dans une vente aux enchères clandestine d’objets retrouvés dans les ruines du QG des Avengers, détruit par Thanos. Elle dérobe des mains de la mafia russe l’équipement de Ronin (la période sombre de Hawkeye) et s’enfonce dans la nuit, sauvée à son tour des griffes de son assaillant par Hawkeye lui-même, averti par JT interposé de la présence de son costume de Ronin dans la ville.

[la série de la semaine] Hawkeye: deux héros à son arc

Que Barton passe avec ses enfants quelques jours à New York durant les fêtes et assiste à Broadway à la comédie musicale célébrant les exploits des Avengers ne fait qu’appuyer la normalité en décalage d’un personnage souvent délaissé par les fans. Et permet la rencontre fortuite avec Kate, qui annonce un récit ayant tout du buddy movie et qui fourmille de références à l’âge d’or des comics ainsi qu’à de possibles liens avec d’autres arches Marvel. Jeremy Renner et, surtout, Hailee Steinfeld (dans le rôle de Kate) soulignent fort justement les éléments de comédie présents dans une triade d’épisodes bourrés d’action, rendant justice à un personnage trop souvent moqué, tout en nous offrant une nouvelle héroïne qui a tout d’une grande.

Hawkeye

Une série Disney+ créée par Jonathan Igla. Avec Jeremy Renner, Hailee Steinfeld, Tony Dalton. ***(*)

Partner Content