Critique | Séries/Télé

[à la télé ce soir] Patti Smith, la poésie du punk

© David Gahr / Getty Images
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

C’est l’histoire d’une femme libre qui a créé sa vie comme elle l’a rêvée. Qui a révolutionné le rock par sa poésie et son style. Et a revendiqué l’art comme force politique.

Punk dans l’âme et figure mythique du New York underground des années 70, Patti Smith a brouillé les frontières de genre et est devenue une légende vivante sans jamais quitter la marge. Arrivée en 1967 de son New Jersey rural avec seulement quelques dollars en poche et dans sa valise, ses biens les plus précieux (Les Illuminations de Rimbaud, des crayons de couleur et un carnet de notes), Patricia Lee Smith se sent au paradis dans ce mélange de confusion et de crasse. À la fois cour des miracles et domaine de tous les possibles. Avec Robert Mapplethorpe, beauté du diable et allure de mauvais garçon, elle va partir à la conquête de la ville. Le documentaire de Sophie Peyrard et Anne Cutaia se promène au Chelsea Hotel, où on croise Burroughs, Ginsberg, Jimi Hendrix et Janis Joplin. Il pousse une pointe au Max’s Kansas City, un restaurant à deux pas de la Factory où les films de Warhol se poursuivent dans la vie réelle. Et évidement au CBGB, bar pourri dans un quartier malfamé où Television joue plusieurs soirs par semaine. Ce portrait vivifiant d’une femme pour qui la poésie a toujours été la drogue la plus libératrice sera suivi à 23h20 d’un concert enregistré au Montreux Jazz Festival en 2005.

Documentaire de Sophie Peyrard et Anne Cutaia. ****

Vendredi 07/01, 22h25, Arte.

Partner Content