Critique | Séries/Télé

[à la télé ce soir] Moulin Rouge

© ROMULUS FILMS
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

La réussite applaudie du Moulin Rouge de Baz Luhrmann (2001) a quelque peu et injustement relégué dans l’ombre un film portant le même titre et réalisé un demi-siècle plus tôt. Une oeuvre elle-aussi flamboyante, signée d’un des plus grands cinéastes américains: John Huston.

Fasciné par le Paris de la fin du XIXe siècle et passionné de peinture, le réalisateur du Faucon maltais et du Trésor de la Sierra Madre consacre son film au célèbre Henri de Toulouse-Lautrec, témoin génial d’une époque et artiste plongé dans la vie trépidante des cabarets parisiens, celui du Moulin-Rouge en tête. José Ferrer incarne de remarquable façon le peintre et illustrateur souffrant des séquelles d’une maladie ayant douloureusement limité sa croissance (il mesurait 1 mètre 52), et noyant son mal de vivre dans l’alcool et la compagnie des filles de joie. Les décors et les costumes du film furent récompensés par l’Oscar, cinq autres nominations venant signaler l’excellence d’un spectacle haut en couleur, celle d’un Technicolor travaillé pour recréer à l’écran les aplats prisés de Toulouse-Lautrec.

Film biographique de John Huston. Avec José Ferrer, Zsa Zsa Gabor, Suzanne Flon. 1952. ****

Mercredi 30/03, 20h40, La Trois.

Partner Content