Trente-cinq ans après, Cat Stevens repart en tournée aux USA

Cat Stevens © AFP
FocusVif.be Rédaction en ligne

Le chanteur britannique Cat Stevens, qui se fait appeler Yusuf Islam, va sortir fin octobre un nouvel album rythm & blues avant de partir en tournée en Amérique du Nord pour la première fois depuis 35 ans, a annoncé lundi sa maison de disques.

Cat Stevens, qui avait changé de nom après sa conversion à l’islam en 1977, est l’auteur de chansons blues de cet album intitulé « Tell ‘Em I’m Gone », qui sortira le 27 octobre. Le chanteur, plus connu dans le registre folk pop, a déjà diffusé un des titres de l’album, qui est une version très fidèle de « Dying to Live » écrit par Edgar Winter en 1971.

Yusuf Islam, 66 ans, explique que la partie rythm & blues de « son exploration musicale et spirituelle depuis 50 ans » attendait d’être « libérée ». « Ce qui est puissant et profond pour moi, c’est le message qui émerge des paroles », estime le chanteur. « Ca m’est soudain venu à l’esprit: le combat pour la liberté! N’est-ce pas ce dont rêvent la plupart des êtres humains ? La musique et le blues notamment ont été des moyens pour beaucoup d’échapper aux chaînes du destin des riches et des puissants », explique-t-il dans un communiqué publié par Legacy Recordings.

Yusuf a déjà six dates de concerts en Amérique du Nord, qui commenceront le 1er décembre à Toronto et finiront le 14 décembre à Los Angeles. La dernière fois que Cat Stevens a chanté en Amérique du Nord remonte à 1976 quand le chanteur, auteur des tubes « Wild World, » « Father and Son » ou « Peace Train », était au faîte de sa gloire.

Yusuf a arrêté ses tournées après sa conversion à l’islam, se produisant très rarement avant la sortie en 2006 de l’album « An Other Cup ». Il a alors donné quelques petits concerts à New York en 2006, puis à Los Angeles trois ans plus tard, mais sa tournée en Amérique du Nord a ensuite été annulée après des problèmes de visa de travail.

Yusuf s’était déjà vu refusé l’entrée aux Etats-Unis en 2004 après que son nom eût apparu sur une liste de personnes interdites de vol. Le chanteur avait alors affirmé qu’il avait été confondu avec quelqu’un d’autre. Il a ensuite poursuivi – et gagné les procès – contre deux journaux britanniques qui prétendaient qu’il soutenait le terrorisme.

Partner Content