Myriam Leroy
Myriam Leroy Journaliste, chroniqueuse, écrivain

Il met tout le monde d’accord. Derrière sa mèche savamment gominée, le plus chic du PAF est aussi le plus drôle!

« Pas de questions sur sa vie privée! », nous prévient-on avant la rencontre avec le dandy-drôle de Canal. On pense: c’est la meilleure! Le persifleur en chef du Grand Journal a le droit de s’attaquer aux people, mais refuse le même traitement. Et puis on se ravise: en fait, malgré les apparences, Barthès avec son Petit Journal People et son Petit Journal Actu ne fouine pas dans l’intimité des stars. Il profite juste de ce qu’elles montrent pour y découvrir ce qu’on ne voit pas forcément seul. Sarkozy qui chante la Marseillaise en clôture d’un sommet franco-allemand, toutes les chaînes l’ont diffusé. En revanche, seule l’équipe du Petit Journal a remarqué que le président français se tenait sur la pointe des pieds pour la photo de groupe. « On n’est jamais vulgaires, on n’insulte personne. Mais on désacralise l’aura qui entoure les célébrités. »

Yann Barthès a entamé des études de journalisme à Bordeaux après avoir été renvoyé de la fac d’anglais . « Pour fainéantise! », sourit celui qui bosse d’arrache-pied pour ses séquences cultes. Un travail de fourmi, accompli avec une équipe de huit personnes: « Je n’ai même pas le temps d’aller sur le terrain. Je dois me concentrer sur les montages, l’écriture… Je dois regarder tous les rushes (Ndlr, images brutes) qui font parfois deux heures pour un sujet. A chaque seconde, il peut y avoir un détail, une phrase chuchotée captée par un micro, un geste. Un mec qui roupille, Bush qui se fait une colo…! »

Pas dupe

Le Petit Journal est tous les jours là où ça se passe, à Paris, en Province ou ailleurs. Et les portes lui sont grandes ouvertes partout. « Les ministres et les people nous aiment plutôt bien. » Même Grace de Capitani, qui est régulièrement la cible des caméras de la capsule people? « Même elle. Ces gens-là nous appellent, parfois! Certains préfèrent exister à travers ce genre de traitement que ne pas exister du tout. » Chez nous, on se souvient particulièrement du reportage que l’équipe de Barthès avait consacré à Michel Daerden sur la course Liège-Bastogne-Liège. Chez eux aussi: l’élégant du PAF pouffe de rire en évoquant le tournage et les efforts du ministre pour ne pas s’enfiler les chopes que ses concitoyens lui offraient. Le beau Yann (les sites de fans énamourées pullulent sur la Toile) n’est pourtant pas dupe. « Je pensais que Daerden allait se saouler devant nous. Mais pas du tout: il savait très bien se servir de la caméra. »

Evidemment, certains tentent d’instrumentaliser le Petit Journal à leur profit. « Mais on sent la limite. Quand les gens sont trop bizarres, qu’ils jouent trop, on ne diffuse pas. Cela se voit tout de suite quand ils en font trois tonnes! » Parfois, Yann Barthès décide de ne plus parler de quelqu’un, quand ça arrange un peu trop le people. « J’ai dit au revoir à Cindy Sander (NDLR: apprentie-chanteuse qui a fait crépiter le buzz notamment grâce à un de ses sujets) quand elle est venue sur le plateau du Grand Journal. C’était des adieux: elle a pleuré! »

u Les « petits journaux » de Yann Barthès sont des séquences diffusées dans Le Grand Journal, du lundi au vendredi à 18 h 40 sur Be TV. En clair, avec un jour de retard sur la France.

u www.youtube.com/user/PetitJournalPeople

u www.youtube.com/user/PetitJournalActu

Myriam Leroy

Partner Content