Myriam Leroy
Myriam Leroy Journaliste, chroniqueuse, écrivain

22.00 LA UNE

DE SAFIA KESSAS.C’est vrai, on écrit chaque semaine ou presque sur Tout ça (ne nous rendra pas la Congo). Mais ce n’est pas de notre faute si l’émission héritière de Strip-Tease est ce qui se fait de plus intéressant aujourd’hui à la télévision. Et on n’y peut rien si la journaliste Safia Kessas parvient coup sur coup à faire mouche. Avec des reportages rigolos (comme il y a quelques semaines avec cette adolescente obsédée par les garçons), sidérants (comme le portrait d’une Namuroise accro à Second Life) ou même effrayants, comme ce soir, avec L’homme n’est grand qu’à genoux.

Une immersion au sein de la Fraternité Saint Pie X, communauté religieuse réac, qui démontre utilement qu’aucune confession n’a le monopole de l’intégrisme ou de la bêtise. Un sujet qui commence par faire sourire: il faut les voir, ces fidèles enamourés rendant à leur curé un culte plus fiévreux encore qu’à Jésus. Ou ce défilé dans Paris – après un briefing sur la gêne que ça occasionnera aux autochtones -, fanions aux poings et cantiques aux lèvres. Amusant, donc, ce côté désuet. Qui se mue vite en traditionalisme rigoriste inquiétant.

FEMME AUX FOURNEAUX

Ce sont les abbés qui utilisent un lexique guerrier pour commenter leur « Croisade du Rosaire », ce sont ces ecclésiastiques qui conspuent les théories de l’évolution dans leurs sermons, ce sont ces prières qui parlent d' »hérésie » et d’infidèles… Mais le plus effrayant est sans doute le relais et le renforcement de ce « courant de pensée » par les plus jeunes, qui sont parfois les plus extrêmes. Ainsi, ces jeunes filles, éclaireuses du cru (avec un uniforme certifié années 40), qui discutent pendant leur camp. Qui se demandent en pouffant pourquoi il y a des homosexuels dans le monde (et un prêtre de leur expliquer que c’est la faute à l’absence du père, chargé de viriliser l’enfant), qui reconnaissent qu’un homme n’a rien à faire derrière des fourneaux, que le devoir de la femme est de se donner toute entière à ses enfants, et que le pantalon, vulgaire, souligne ses formes et la rabaisse. Et, comme le dit l’homme d’Eglise, il ne faut pas pousser l’homme à l’adultère.

A ceux-là, on conseillera la vision du Ruban Blanc, passionnante Palme d’Or cannoise signée Haneke, dépeignant sur le mode fictionnel les dégâts d’une éducation religieuse rigide. l

Myriam Leroy

Partner Content