Philippe Cornet
Philippe Cornet Journaliste musique

DEPUIS 20 ANS, ON LE CROISE MIXANT LE LIVE D’ARNO, EN STUDIO AVEC LES GIRLS ET DOMINIQUE A, OU À LA PROD D’UN NOUVEAU BAND BELGE, COCOA. INGÉNIEUX DU SON.

Sur son gsm, c’est A Message To You, Rudy qui répond. Hormis la similitude de (pré)noms et un amour invétéré du reggae/ska, Rudy Coclet, 50 piges, n’a rien de « rude ». »Quand on est en studio avec un groupe, on peut très vite rentrer dans une confrontation d’ego, mais je cherche plutôt la fraternité, je suis là pour servir l’album, gommer les frictions. Pendant longtemps, les musiciens de studio formaient une caste assez fermée, un salon privé. La démocratisation de la musique a changé la donne.  » Si Rudy était communiste, il aurait été Trotsky plutôt que Staline. Profitant de sa double formation -ingé son à l’IAD et études inachevées d’électronique-, le gamin de Nivelles trouve vite des petits-grands boulots, entre câblage pour une tournée de Sheller et musique classique sur une B.O. de Gérard Corbiau. Lui, fan de rock, sidéré par la pulsion rythmique de Talking Heads, comprend qu’il ne sera jamais un bassiste magique, mais que la console pourrait être son instrument multiplicateur. Le fan de Bowie, devenu objecteur de conscience au CC d’Auderghem, se trouve à mixer les concerts d’Art Blakey ou Michel Petrucciani. « J’étais bluffé de rencontrer ces gens-là, de découvrir leur intégrité musicale, leur classe.  » Après, c’est le hasard têtu: un premier plein boulot comme « producteur »pour les hardcoreux belges de Stuck Up (?), des tas de sessions éclectiques (Sharko, Jeronimo, Mud Flow) avec, au milieu des années 90, la rencontre décisive du troisième type: « Je fréquentais un studio bruxellois où Arno répétait régulièrement, on s’y croisait et il m’a demandé d’être mixeur live de la tournée Arno à la française. Puis j’ai été embarqué dans l’enregistrement de son side project, Charles And The White Trash European Blues Connection.  »

Science de la nuance

Ingé son mais aussi producteur -pas forcément déclaré- Rudy fait sept-huit ans de routes et de disques avec l’Ostendais 2.0. « Mixer live de grandes scènes, comme Werchter, quand tu es face à une bête comme Arno, c’est frisson et adrénaline garantis.  » Sur Cocoa, inconnus qui sortent aujourd’hui un mini-LP pop « qui me fait parfois penser à Womack & Womack (en plus blanc, ndlr) », Rudy fait preuve de toute sa science de la nuance. Glanant expérience et réputation, le père de deux enfants (adultes) fait aujourd’hui tourner sa petite-moyenne entreprise, soit trois studios bruxellois, acquis « un peu par hasard au fil du temps ». Au Jet de Koekelberg, là où Ghinzu a fait bouillir son dernier disque en date, Coclet a restauré deux chambres d’échos naturelles: « Piaf est venue enregistrer là, j’y ai même retrouvé des bandes originales de Maurice Chevalier. J’aime le vintage mais je ne fais pas la course au matériel, même si je ne revends jamais rien.  » Sur ce, Rudy sort de sa valise trois mirifiques micros des temps anciens pour les photos.

WWW.JETSTUDIO.COM

PHILIPPE CORNET

Partner Content