Myriam Leroy
Myriam Leroy Journaliste, chroniqueuse, écrivain

09.55FRANCE 2 SÉRIE JEUNESSE

AVEC JOSéPHINE JOBERT, DAVID TOURNAY, NILS HAAGENSEN.

Queensland, Australie. Une fille à la peau cuivrée dans un hélicoptère qui survole fleuves et forêts. Elle est belle. Elle est triste, elle pleure. Alice vient de perdre Alex, son amoureux, qui s’est évanoui dans la nature. Elle se remémore leurs baisers, leurs serments. Il disait qu’il ne la quitterait jamais. Il est peut-être mort. Alice décide de rentrer panser ses plaies chez elle, à Nouméa. Là, dans la langueur du Pacifique Sud, la jeune femme retrouve les siens: sa famille avec qui les liens semblent s’être distendus, Léo (le beau gosse qui remet tout doucement en question sa consommation kleenex de filles), Maxine (qui aime secrètement le play-boy)… Et elle fait la rencontre d’un jeune homme mystérieux et insistant, Sam. Sam n’est pas là par hasard, même s’il fait croire le contraire: il doit délivrer un message à Alice. Lequel? Sa mission est trouble. Une vieille femme aux allures de marabout lui enjoint de se taire un temps. Qui est-elle? Comment sait-elle tant de choses sur le destin de nos héros? Ses prédictions, parfois terribles, se réaliseront-elles? Cette troisième saison de la série jeunesse à succès de France 2 Foudre s’ouvre sur une myriade de questions, et plante un décor paradisiaque (c’est l’office du tourisme de Nouvelle-Calédonie qui doit être content!) empreint de mystère et de mysticisme. Alice s’y frottera à des tribus ancestrales dans des contrées oubliées du monde moderne, elle devra faire attention « aux signes », et trouver en elles les ressources nécessaires pour faire aboutir ses douloureuses quêtes intérieures.

cocktail estival

Récit initiatique autant que romantique, il met certes l’accent sur les émotions exacerbées de l’adolescence mais devrait taper dans l’£il des adultes comme des plus jeunes avec ses thématiques universelles (l’amour, la mort, la réalisation de soi…) et ses paysages de carte postale qui donnent envie de faire son baluchon là, tout de suite, maintenant. Si on ajoute à cela une réalisation au cordeau, un rythme effréné et l’insolente beauté des personnages, on obtient un cocktail estival des plus délectables, entre rêverie et douce mélancolie. De quoi être indulgent quant à l’interprétation quelque peu inégale des jeunes comédiens à l’affiche et à certaines situations frisant le grotesque. Après tout, c’est l’été, non?

Myriam Leroy

Partner Content