Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DESTINS CROISéS – Entre Allemagne et Turquie, Orient et Occident, Fatih Akin trace une voie d’exigence mais aussi d’émotion.

De Fatih Akin. Avec NurgülYesilçayi, Baki Davrak, Patrycia Ziolkowska. Musique: Sahara Blues et Jean-Sébastien Bach. 2 h 02.

Nul n’a oublié l’irruption de Fatih Akin dans le paysage cinématographique mondial. C’était en 2004 avec le fulgurant Gegen Die Wand. Ours d’or incontestable au Festival de Berlin, ce film d’une force stupéfiante narrait les amours passionnelles et compliquées de deux Turco-Allemands: une jeune et belle femme fuyant les restrictions d’une famille musulmane conservatrice, et un marginal usé, alcoolique et drogué… La caméra chevillée au corps de ses personnages, Akin (30 ans seulement à l’époque) tournait comme un combat cette histoire de difficile rédemption par l’amour. Un cinéaste était né!

Trois ans et un passionnant documentaire sur la scène musicale d’Istanbul ( Crossing The Bridge) plus tard, il signait sur un mode plus classique une merveille de film choral entre Allemagne et Turquie, Orient et Occident. Prix du Scénario au Festival de Cannes 2007, De l’autre côtéfait se croiser plusieurs destins sur fond d’émigration, de politique et d’amour (y compris familial). Six personnages y animent une fresque intime qui débute à Hambourg, un veuf d’origine turque s’éprend d’une prostituée de même origine et veut l’épouser, malgré les réticences de son fils, professeur d’allemand. Lequel changera d’attitude en apprenant que la femme en question envoie les gains de son activité à sa fille restée au pays, pour payer ses études.

On ne racontera pas la suite, où interviendront aussi la jeune étudiante très politisée, une jeune Allemande et la mère de celle-ci. Une belle, une sobre mais une grande émotion accompagne les rendez-vous – souvent manqués – des protagonistes, dans un scénario aux rebondissements parfois tragiques.

UN CHEF-D’OEUVRE

De l’autre côtéest – déjà et spectaculairement – un film de maturité. Il exhale tout à la fois une grande confiance de style et une confondante capacité à sonder les c£urs et les âmes de personnages de cultures et d’âges très différents. L’énergie pure qui habite Fatih Akin se double d’une profondeur nouvelle, dont il avoue qu’elle lui vient de son expérience de père.

Dans l’entretien éclairant qui figure en bonus du DVD, le réalisateur parle aussi, ouvertement, de l’influence qu’a pu avoir sur son film l’éclatement des structures spatiales et temporelles que pratique dans son cinéma son collègue mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu (lui-même sous l’influence de son coscénariste attitré Guillermo Arriaga). Il y explique aussi, de passionnante façon, la manière dont son directeur de la photo Rainer Klaussman l’a poussé vers une approche formelle plus dépouillée, « à l’iranienne ». Un choix décisif, tant la conjugaison dans le même film d’une réalisation sereine, calme, et d’événements à forte intensité dramatique, donne à De l’autre côtéun impact extraordinaire. La tension singulière qui habite le film vous rive à votre fauteuil, même devant un petit écran. Et sa beauté profonde, humaine comme visuelle, fait en vous un chemin qui laisse des traces, pour longtemps. Si l’expression n’était trop souvent galvaudée, on pourrait parler de chef-d’£uvre…

LOUIS DANVERS

Partner Content