Clap your hands!

Elbow © DR
Philippe Cornet
Philippe Cornet Journaliste musique

LE SEPTIÈME ALBUM D’ELBOW PRATIQUE DE NOUVELLES COMBINAISONS RYTHMIQUES SANS POUR AUTANT BROUILLER LES VOIX, CHoeURS ET CORDES AUX VERTUS FRATERNELLES.

Elbow

« Little Fictions »

DISTRIBUÉ PAR UNIVERSAL.

9

Et si Elbow était juste une famille? Anglaise du nord et agrémentée de tout ce qui accompagne une certaine humilité sociale, façon Ken Loach: la chaleur de condition modeste qui brûle de propager la lutte au-delà du cercle des connaissances fauchées. La personnalité du chanteur Guy Garvey y est pour beaucoup, son physique de grizzly pileux -1m88 quand même- induisant d’emblée une massive dose d’empathie. Celle des larges espèces à vocation sentimentale, à coeur ouvert bien avant l’éventuel pontage pour cause d’abus de Guinness et d’émotions vives. Garvey ne serait peut-être pas sorti de la classe moyenne -père correcteur, mère psy- sans son évident talent vocal: un truc feutré qui donne l’impression de vous prendre intégralement dans les bras sur la promesse de ne jamais vous laisser tomber. Sur Little Fictions, camarade Garvey n’abandonne rien de ses onctions vocales alors qu’Elbow actionne d’autres armées ouatées: choeurs et cordes, pour faire simple.

L’enregistrement des petites fictions débute il y a un an environ, dans un coin branquignol d’Ecosse où, après des premiers temps « consacrés à picoler sans produire grand-chose », la page blanche fait la gueule. Le batteur Richard Jupp a jeté l’éponge juste auparavant, accident qui change fortuitement la chimie du groupe et pousse les trois musiciens et le producteur Craig Potter à poser différemment la question rythmique, hors du drum classique comme obligatoire soubassement binaire. Place aux grigris et au groove funky -pléonasme- flirtant avec l’engeance africaine ou alors carrément parti dans l’éphémère mode Go-Godes années 80 (Gentle Storm). Parallèlement à cet enrichissement sismique, Elbow renforce tout ce qui fonde sa mécanique depuis les débuts: le mix de convivialité sentimentale et de célébration communautaire. Pas juste une formule de politesse puisque le Hallé Ancoats Community Choir, convié à étaler ses voix sur le splendide K2, est juste une chorale de quartier. Située dans le nord de Manchester et le berceau de la révolution industrielle, elle recrute toute personne au-delà de 18 ans, sans audition d’entrée. Pour le simple plaisir de chanter: une éthique qu’Elbow transpose dans sa propre confection pro, poussant l’intensité des loops comme celle des mélodies et des subtilités percussives dans un fabuleux rêve anglais aux racines sociales. Qui donne la majeure plage titulaire où les desseins les plus épiques voisinent le noyau karmique intime, ou le Kindling final, chanson de soul music ralentie, aussi intense que le meilleur gospel matriciel. Merci au révérend Garvey et ses ouailles: on va peut-être bien retourner à la messe, tiens.

PHILIPPE CORNET

Partner Content