Philippe Cornet
Philippe Cornet Journaliste musique

Deux chercheurs américains travaillant au Laboratoire de Communication Visuelle d’IBM ont mis au point une drôle de machine à statistiques. En répertoriant quatre-vingt sept parties du corps humain – du sexe à l’oreille en passant par l’estomac ou l’£il -, Fernanda Viégas et Martin Wattenberg ont établi une typologie pour chaque genre musical (nous en épinglons cinq ici): en basant leurs recherches sur les textes de plus de dix mille chansons, ils ont déterminé la fréquence d’utilisation de ces différentes parties du corps dans les lyrics, montrant par exemple qu’en hip-hop, c’est la fesse qui emporte – définitivement – le morceau… Ce hit-parade pour le moins inhabituel n’est pas seulement une donnée statistique mais forme des images organiques et humoristiques proches de ce que l’on peut voir dans les expositions contemporaines. Ce qui frappe également dans cette Fleshmap, c’est la présence bien classée de l’£il – du regard – dans pratiquement toutes les catégories, ce qui rappelle la nécessité de bien voir pour être bien entendu…

Rock

Oh, le bel équilibre corporel qui se traduit par le classement en tête du trio visage-mains-yeux. Très mauvaise nouvelle pour le tibia qui sera déçu de ne pas faire mieux que 0,03 % de présence dans le corps du rock. Nous avons d’ailleurs vainement cherché un morceau qui intègre cet élément dans son texte. Par contre, il y a un groupe US, The Shins, qui a choisi cet élégant patronyme pour faire carrière.

Folk

Dans cette catégorie sérieuse, le trio tête-mains-yeux domine logiquement. Mais le folk nous surprend en mettant à égalité genoux et lèvres (4,92 %): ce style qui refuse de s’agenouiller devant les puissants ne donne à la bouche, moteur premier de la parole, qu’une place décevante. Pas mou du genou, Dylan chante  » Sat a mosquito on his knee » dans Froggie Went-a-Courtin…

Hip-Hop

Le triomphe absolu de la fesse, présente dans 23,64 % des chansons, ne surprendra personne alors que le clitoris n’affiche qu’un modeste 0,18 % de participation aux textes hip-hop. Loin du niveau du… genou dont le surprenant 3,51 % se place juste en-dessous du sexe en érection qui pointe à 3,88! Un respect de la morphologie en quelque sorte… Même 50 Cent connaît çà.

Gospel

Le genre le plus radin puisqu’il n’utilise que seize des quatre-vingt-sept parties disponibles. Il impose le triomphe absolu des mains (de Dieu?) dont parlent 13,66 % des chansons gospel. Malgré la pudibonderie inhérente au genre, on remarquera les 0,62 % de morceaux intégrant les fesses à la parole divine. La faute à Elvis (Presley) et à son Take My Hand Precious Lord?

Heavy Metal

Pour une musique aussi virile que le metal, le pourcentage atteint par les balls – seulement 0,42 % -est une rude déception. Le répertoire Heavy intronise de façon surprenante l’£il (14,2 %), très loin devant l’oreille, cette éternelle délaissée qui patine à 0,94 % de présence. Dédicace au Stone Deaf Forever de Motörhead…

www.fleshmap.com/listen/music.html

Philippe Cornet

Partner Content