Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Love is in the Air – Le duo versaillais renoue avec la pop rétro futuriste directe et faussement naïve de ses débuts. Une franche réussite.

« Love 2 »

Distribué par EMI.

Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin ont décidé de changer d’Air. Les 2 grands enfants de 40 ans ou presque, qui se sont payé une salle de jeux, un studio perso synonyme d’indépendance dans la pénible conjoncture actuelle, ont quelque part effectué un retour aux sources. Comme le laissent entendre les 2 premiers singles Do the joy et Sing Sang Sung, Love 2, disque pop, ressemble au Moon Safari des débuts.

 » Notre idée quand nous nous sommes mis à bosser sur ce nouvel album, c’était vraiment de nous éclater, racontent les Français. Nous avons toujours aimé les studios. Leur architecture. Y passer du temps. Posséder le nôtre, c’était un rêve d’enfants. Du moins d’adolescents. Y travailler nous a excités comme des gosses. »

De leur propre aveu, Dunckel et Godin ont aussi voulu prendre le contre-pied de cette tendance actuelle à s’enfermer avec ses ordinateurs. Ils se sont tournés vers un enregistrement naturel. Acoustique.  » Ce n’est pas l’homme qui prend le pas sur les machines, insiste Nicolas. Chez nous, il a toujours eu le dessus. Mais nous en utilisons moins qu’avant. Nous avons rapidement senti que nous n’en avions pas nécessairement besoin. Que nous disposions déjà d’un son original.  »

Un Air de famille

Air, gros vendeur, a déjà écoulé, au fil de sa carrière, 5 millions et demi d’albums. Ça ne garantit plus aujourd’hui que les maisons de disques délient les cordons de la bourse. Après le succès de Moon Safari sorti en 1998, Dunckel et Godin avaient pu jouer les sales gamins. Le label avait mis la main au portefeuille pendant un an sans même savoir ce que les zigotos bricolaient. Les laissant par exemple embaucher 40 chanteurs d’opéra. Les temps depuis ont changé.  » Nous sommes les derniers à souffrir de la crise du disque. Mais on sent évidemment qu’il y a moins de moyen. C’est rarement ceux qu’on imagine en pâtir qui trinquent. Avant, nous travaillions avec des tas d’ingénieurs du son, de techniciens. Des petites mains comme on dit, aussi passionnées que nous par la musique, et qui rencontrent de plus en plus de difficultés. »

Si Air a concocté son nouvel album en tandem, c’est avant tout parce que Nicolas et Jean-Benoît avaient envie de se retrouver un petit peu tous les 2 après avoir multiplié les collaborations. Batifolé avec Beck, Jarvis Cocker (Pulp), Neil Hannon (The Divine Comedy) ou encore Charlotte Gainsbourg.  » Bosser à 2, c’était à la base une démarche humaine et artistique mais ça deviendra un jour une démarche économique« , avertit Godin.

En attendant, Love 2, rythmé par quelques plages instrumentales, évoque le rêve incertain ( Be a bee), la perte de repères ( Missing the light of the day), les dangers du voyage ( Tropical Disease)… En ce qui nous concerne, c’est décidé, on repart dans les Air.

Julien Broquet

Partner Content