Fight Club: l’auteur réagit avec ironie à la version censurée sortie en Chine

Brad Pitt et Edward Norton dans Fight Club de Chuck Palahniuk © Fox

Chuck Palahniuk a créé la surprise en ne s’opposant pas à la fin alternée du film sorti en Chine. Celui-ci a déclaré qu’elle était plus proche de celle du roman original, publié trois ans avant le film.

Vingt-trois ans après sa sortie, la Chine rend enfin disponible Fight Club sur son site de streaming local Tencent Video. Mais pour être diffusée, la fin imaginée par David Fincher en 1999 a été entièrement retravaillée. Considéré comme trop anticapitaliste et révolutionnaire, le film est passé par la censure. Ainsi, au lieu de voir le narrateur (Edward Norton) tuer son autre personnalité Tyler Durden (Brad Pitt), puis regarder la ville en feu par la fenêtre, les spectateurs chinois auront droit à une petite pancarte signalant que « les autorités ont arrêté le plan anarchique de Tyler« .

Interviewé par TMZ, l’auteur Chuck Palahniuk s’est dit amusé de voir les réactions fuser. Il explique que ses livres sont aussi censurés aux États-Unis, surtout dans les bibliothèques du Texas. Sauf que dans ces cas-là, personne ne le défend. Pire, certains éditeurs ont changé son roman pour le rendre plus semblable à la vision artistique de David Fincher.

Il a d’ailleurs interpellé le sénateur du Texas Ted Cruz suite à la polémique sur la version censurée en Chine: « Cher Ted Cruz, Pourquoi le roman Fight Club (ainsi que tous mes autres livres) est-il interdit dans les prisons texanes? Est-ce de la censure? Ou seule la Chine peut-elle censurer des oeuvres? S’il vous plaît, rappelez-moi« 

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Il ajoute avec ironie que la fin chinoise du film est d’ailleurs plus en accord avec le roman original. Dans celui-ci, les plans de Tyler sont déjoués non pas par la police, mais grâce à un simple coup de chance. Un dysfonctionnement avec les explosifs a sauvé la ville. Épuisé par toute cette histoire, le narrateur se tire une balle dans la tête et se réveille dans un hôpital psychiatrique. Une sorte de happy ending, donc, qui n’a rien à voir avec celle du film.

Amandine Fossoul

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content