[Critique ciné] Elser, scolaire et convenu

© DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

BIOPIC | Auteur, il y a dix ans, de Der Untergang, un film qui retraçait les dernières heures d’Hitler, Oliver Hirschbiegel revient sur cette période sombre de l’Histoire allemande à travers le portrait de Georg Elser (Christian Friedel).

Soit un homme ordinaire qui, indigné par la brutalité du régime nazi et convaincu de l’imminence du désastre à venir, devait tenter, le 8 novembre 1939 à Munich, d’assassiner le Führer, échouant à modifier le cours de l’Histoire pour treize dérisoires minutes. Si Christian Friedel campe avec conviction ce héros de l’ombre, le biopic qu’inspire cet épisode méconnu au réalisateur de Diana n’a rien de révolutionnaire pour autant, ce dernier s’en tenant à une approche aussi scolaire que convenue.

D’OLIVER HIRSCHBIEGEL. AVEC CHRISTIAN FRIEDEL, KATHARINA SCHÜTTLER, BURGHART KLAUSSNER. 1 H 54. SORTIE: 20/01.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content