Critique | Cinéma

[critique ciné] Détruire rajeunit conjugue la lutte passée au présent

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

Dans Détruire rajeunit, Benjamin Hennot revisite la grève générale de l’hiver 1960-1961, déclenchée contre le vaste programme d’austérité (la fameuse « Loi unique ») du gouvernement de Gaston Eyskens, en plaçant les paroles de grévistes d’alors dans la bouche de jeunes comédiens.

Convoquer des faits et des images d’hier à travers des voix et des visages d’aujourd’hui: le procédé ne manque pas de sel. Ni de sens. Dans Détruire rajeunit, objet bien documenté et riche en anecdotes, Benjamin Hennot revisite en effet la grève générale de l’hiver 1960-1961, déclenchée contre le vaste programme d’austérité (la fameuse « Loi unique ») du gouvernement de Gaston Eyskens, en plaçant les paroles de grévistes d’alors dans la bouche de jeunes comédiens. Si on déplore le côté souvent très raide et déclamé des témoignages ainsi revisités, le dispositif a le mérite de conjuguer la lutte passée au présent, et d’en souligner de cette façon la parfois très troublante résonance actuelle. Comme celle de sa répression, d’ailleurs…

De Benjamin Hennot. 1 h 22. Sortie: 05/01. ***

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content