À Mons, un nouveau club techno dans les sous-sols d'une mine de charbon

19/01/17 à 12:00 - Mise à jour à 20/01/17 à 12:28

Dès le 11 février, le Domaine du Levant à Cuesmes (Mons) accueillera les soirées Vision Room dans une ancienne salle des machines ainsi que dans les sous-sols de ce qui est l'un des plus importants anciens sites miniers montois.

À Mons, un nouveau club techno dans les sous-sols d'une mine de charbon

© via www.facebook.com/domainedulevant

Les musiques électroniques ont toujours été liées de près ou de loin à l'industrie. De Detroit à Berlin, de Manchester à Chicago, les villes qui les ont vues bourgeonner ont pour la plupart un lourd passé industriel. Sans doute pas pour rien que chez nous, Charleroi, entre autres par le biais du Rockerill, se montre particulièrement vivace dans le milieu électro.

Quoi qu'il en soit, c'est du côté de Mons que les soirées Vision Room poseront bientôt leurs valises. "Petite soeur" de la célèbre Boiler Room, boostée en popularité avec la venue "live streamée" d'Arnaud Rebotini en décembre 2015 (ci-dessous), le projet d'Antonino Barbarotta, Laurent Maertens et Joël Milaire va investir le Domaine du Levant, l'un des plus gros anciens sites miniers de Mons, pour ses prochaines soirées.

Le tout se déclinera sous deux formes: d'une part des soirées itinérantes, et d'autre part l'ouverture d'un Visionnaire Club permanent. Le collectif, qui a déjà plus de 40 soirées à son actif (au Fuse, au Rockerill, à l'Alhambra, au Canal 10...), invitera ainsi chaque mois quelque 400 heureux dans d'anciens bureaux administratifs situés en sous-sol d'un des bâtiments de la mine. Des soirées pointues qui seront à nouveau retransmises en live streaming sur la page Facebook de Vision Room.

Pour le volet itinérant de l'entreprise, des haltes sont entre autres prévues au Musée vivant de la mine (toujours au Domaine du Levant), dans une ancienne salle des machines à la capacité montant à 600 personnes. "Nous voulons absolument conserver l'aspect d'origine de cette cave à laquelle nous apporterons quelques aménagements, mais toujours en conservant l'aspect industriel", expliquent les organisateurs qui désirent "mettre en valeur une techno pointue" (Trax).

Le premier rendez-vous est fixé au 11 février prochain et, si l'événement est gratuit, il est impératif de réserver ses places faute de ne pas pouvoir entrer... Infos sur l'événement Facebook.

Nos partenaires