Le film de la semaine: Everest

22/09/15 à 11:15 - Mise à jour à 14:31

Source: Focus Vif

Entamé en l'an 2000 par 101 Reykjavik, le parcours de Baltasar Kormakur s'est ensuite décliné entre I'Islande et Hollywood, où il a signé des films d'action comme Contraband ou 2 Guns.

Le film de la semaine: Everest

© -

De quoi, sans doute, en faire le réalisateur tout désigné d'Everest, film d'aventures efficace et spectaculaire, inscrit dans les rigueurs de l'Himalaya.

Inspirée de faits réels (et du livre Into Thin Air, de Jon Krakauer, l'auteur notamment de Into the Wild), l'action nous ramène en 1996, lorsque deux expéditions d'alpinistes tentant de rejoindre le sommet du toit du monde avaient été surprises par une violente tempête de neige aux conséquences désastreuses.

Posant un contexte fort, où l'Himalaya se mue en terrain de jeu pour Occidentaux fortunés (le forfait pour l'expédition se monte à 65 000 dollars) animés par un goût du risque prononcé, Kormakur plonge ensuite le spectateur au coeur de l'action. Le résultat est rien moins que soufflant, qui allie, par la grâce de plans de toute beauté, le vertige au sentiment d'immensité. Le réalisateur connaît par ailleurs ses classiques, et le film respecte un crescendo de tension dicté par les éléments, tout en présentant une galerie de personnages contrastés (et une constellation de stars comme un directeur de casting oserait à peine la rêver, avec notamment Jason Clarke, Josh Brolin, Jake Gyllenhaal, Robin Wright, Keira Knightley ou Sam Worthington), confrontés à une série d'épreuves toujours plus délicates. C'est là, paradoxalement, qu'Everest trouve ses principales limites, se muant en survival d'un intérêt d'autant plus relatif qu'on éprouve quelque difficulté à se sentir concerné outre mesure par ces arpenteurs de l'extrême. Et cela, en dépit d'une ultime ligne droite à forte teneur sentimentale.

DE BALTASAR KORMAKUR. AVEC JASON CLARKE, JOSH BROLIN, JAKE GYLLENHAAL. 2 H 02. SORTIE: 23/09.

Nos partenaires