Critique

À la télé ce lundi soir: OSS 117 – Le Caire nid d’espions

Jean Dujardin dans OSS 117 © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

L’humour politiquement incorrect s’est rarement fait aussi subtil et inspiré que dans cette comédie d’espionnage rassemblant, cinq ans avant The Artist, le trio formé par Michel Hazanavicius (réalisateur), Jean Dujardin et Bérénice Béjo.

Pourtant, l’idée de faire revenir à l’écran Hubert Bonisseur de la Bath, nom de code OSS 117, espion français héros des romans populaires de Jean Bruce (parus entre 1949 et 1963), ne semblait pas des plus prometteuses. L’angle choisi par Hazanavicius sauve tout: conserver le premier degré colonialiste, voire raciste, en tout cas peu enclin à l’autocritique, des bouquins, et s’en amuser en le décalant avec ironie. Dujardin est parfait dans son personnage plein de morgue, s’exposant à un ridicule d’autant plus hilarant qu’il est involontaire. Une certaine idée de la France y est passée à la moulinette d’un comique irrésistible.

COMÉDIE DE MICHEL HAZANAVICIUS. AVEC JEAN DUJARDIN, BÉRÉNICE BÉJO, AURA ATIKA. 2006.

Ce lundi 6 avril à 20h00 sur Club RTL.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content