Initiative appréciable: à l'occasion des fêtes, Sony Pictures exhume 21 fleurons de son catalogue des années 60 et 70, disponibles à l'unité dans un habillage inspiré des affiches de cinéma de l'époque. Il y en a pour tous les goûts, ou peu s'en faut: films de g...

Initiative appréciable: à l'occasion des fêtes, Sony Pictures exhume 21 fleurons de son catalogue des années 60 et 70, disponibles à l'unité dans un habillage inspiré des affiches de cinéma de l'époque. Il y en a pour tous les goûts, ou peu s'en faut: films de guerre portés par un aréopage de stars avec TheGuns of Navarone, de J. Lee Thompson, et le trio Gregory Peck-David Niven-Anthony Quinn, ou Anzio! d'Edward Dmytryk, avec Robert Mitchum et Robert Ryan; comédies musicales avec Funny Girl, qui devait valoir un Oscar à Barbra Streisand, et sa suite, Funny Lady; fresques épiques comme l'insurpassable Lawrence of Arabia de David Lean; western, à l'instar du Major Dundee de Sam Peckinpah; drames, avec l'oublié Hard Times de Walter Hill ou le classique Kramer vs. Kramer de Robert Benton; films d'aventures, parmi lesquels l'épatant The Man Who Would Be King de John Huston, avec Michael Caine et Sean Connery, l'acteur écossais figurant encore au générique de The Wind and the Lion et de Robin and Marian. Et l'on en passe, comme divers échantillons du Nouvel Hollywood, de Easy Rider de Dennis Hopper à Five Easy Pieces de Bob Rafelson; l'immense Taxi Driver de Martin Scorsese, et jusqu'à The Passenger, chef-d'oeuvre de Michelangelo Antonioni...