Amateurs de cinéma insolite, de classiques de genre, de nanars cultes et de plaisirs coupables, réjouissez-vous! La 5e édition du festival OFFSCREEN prend ses quartiers dans la capitale, et c'est peu dire que sa programmation déchire -à l'image, donc, du papier peint traité avec fort peu d'égard sur l'affiche de l'événement.
...

Amateurs de cinéma insolite, de classiques de genre, de nanars cultes et de plaisirs coupables, réjouissez-vous! La 5e édition du festival OFFSCREEN prend ses quartiers dans la capitale, et c'est peu dire que sa programmation déchire -à l'image, donc, du papier peint traité avec fort peu d'égard sur l'affiche de l'événement. Comme à l'accoutumée, le rendez-vous s'articule en divers modules, plus excitants les uns que les autres, à tel point qu'on ne sait parfois plus où donner de la tête -à condition, toutefois, de l'avoir toujours sur les épaules. La section Offscreenings, catégorie dévolue à une série d'avant-premières et d'inédits tournant résolument le dos aux conventions, s'ouvrira ainsi sur Keyhole, nouvelle bizarrerie concoctée par le petit génie canadien Guy Maddin ( The saddest music in the world) dans laquelle un dénommé Ulysses Pick (Jason Patric) s'apprête à vivre une nouvelle odyssée à l'échelle de sa propre demeure, véritable labyrinthe peuplé d'images-souvenirs, alors même qu'il tente de rejoindre sa femme (Isabella Rossellini) dans la chambre à coucher. Pour un film qui devrait également donner le ton d'un salivant programme rétrospectif étiqueté Home Sweet Home et se proposant d'envisager la maison comme havre de malheur, bijoux d'angoisse à la clé -du Locataire de Polanski à Poltergeist, en passant par le Haunted Castle de Murnau, le Straw Dogs de Peckinpah ou le Shining de Kubrick. Au rayon des invités, la présence de Ruggero Deodato, réalisateur de l'éprouvant Cannibal Holocaust, l'ancêtre brutal des supposés found footages à la Blair Witch, Cloverfield et autre Troll Hunter, devrait assurément faire l'événement. A quoi l'on ajoutera encore, et parmi d'autres, un concert attendu du B-Movie Orchestra, une sélection des meilleurs courts métrages de l'étrange de l'année écoulée et des programmes muets pour les enfants. Du pain bénit, en somme, à l'heure où les salles de cinéma débordent littéralement, et ce jusqu'à l'absurde, de films aussi tristement prévisibles que formatés à l'extrême. l OFFSCREEN, DU 07/03 AU 25/03, À BRUXELLES (CINÉMA NOVA, CINEMATEK, CINÉMA RITS, BOZAR ET BEURSSCHOUWBURG). WWW.OFFSCREEN.BENICOLAS CLÉMENT