Kinshasa Kids

05/02/13 à 15:39 - Mise à jour à 15:39

DRAME | À la suite d'enfants des rues tentant d'échapper à leur condition par la musique, Marc-Henri Wajnberg prend le pouls de la capitale congolaise, dont il capte la vibration toute singulière, entre violence, passion et énergie.

Kinshasa Kids

© DR

DRAME DE MARC-HENRI WAJNBERG. AVEC JOSÉ MAWANDA, RACHEL MWANZA, BEBSON "DE LA RUE" ELEMBA. 1H25. SORTIE: 06/02. ***

Auteur, il y a tout juste 20 ans, de l'impeccable Just Friends, Marc-Henri Wajnberg renoue avec la fiction à la faveur d'un film qui l'a vu partir pour Kinshasa, à la rencontre des "shégués", enfants livrés à la rue sous l'accusation de sorcellerie notamment -ils sont quelque 30.000 à lutter quotidiennement pour leur survie à grand renfort d'expédients divers dans la capitale congolaise. Et de suivre les efforts d'une poignée d'entre eux décidant, avec le concours de l'un ou l'autre adulte bienveillant, de monter un groupe de musique afin d'échapper à leur condition, unis par une même volonté de s'en sortir et un sens aiguisé de la débrouille.

En prise sur un réel âpre et tragique, Kinshasa Kids échappe pourtant au misérabilisme, réussissant à prendre le pouls de la cité en même temps qu'il vibre de l'incroyable énergie qui anime ses protagonistes. Si l'on pense forcément à Benda Bilili par le contexte, Wajnberg fait pourtant oeuvre singulière, signant, à la lisière du documentaire et de la fiction, un film témoignage doublé d'un stimulant récit polyphonique à l'articulation toute musicale. Et révélant, au gré de leurs aventures, quelques acteurs-nés -ainsi de Rachel Mwanza, vue entre-temps dans Rebelle de Kim Nguyen, ou de l'incroyable Bebson de la rue, musicien dont la présence est un film à elle seule. A découvrir.

Nos partenaires