Cela faisait très (trop) longtemps que l'on n'avait pas eu de nouvelles de Robbing Millions, qui reste sans doute le plus aventureux des groupes belges francophones actifs à l'heure actuelle. Oh, ce n'est pas que son cerveau Lucien Fraipont ait rangé la guitare au placard, loin de là: on l'a encore vu récemment jouer chez Judith Kiddo ou Aksak Maboul, par exemple. Mais point de nouveaux morceaux depuis le formidable premier album de son projet, sorti il y a déjà six ans.

Bonheur donc quand on a reçu des nouvelles il y a un petit mois via un premier single avant-coureur, Camera, partiellement chanté français. Aujourd'hui, Fraipont revient avec Tiny Tino sur un terrain qui lui est plus habituel, toujours aussi décalé et inventif, puisant son inspiration "dans la musique de jeux vidéo, le rock progressif italien et la pop bizarre de R. Stevie Moore".

Tout un programme, qu'il détaille plus amplement: "Tiny Tino est une ode à l'amitié et au quartier de East LA où j'ai séjourné pendant plusieurs mois pour travailler sur le prochain album de Robbing Millions. Le titre parle aussi d'essayer d'être quelqu'un que l'on n'est pas. La petite marionnette, plus effrayante que prévu, que vous verrez errer dans la vidéo, essaie d'être plus cool et plus dure qu'elle ne l'est vraiment. Bien que la chanson ait une signature rythmique en 9/4 assez bizarre, je la vois comme une chanson naïve et enjouée avec une mélodie agréable à siffler."

Une naïveté qui n'est pas sans rappeler celle de... Mac Demarco, qui est donc l'"invité très spécial" du titre de cet article.

Le nouvel album de Robbing Millions, Holidays Inside, sortira le 25 juin prochain chez MGMT Records / [PIAS].