Pas un concours, pas un tremplin, pas une foire d'empoigne: depuis 2016, le festival bruxellois -qui s'applique à donner une caisse de résonnance à la "biodiversité musicale"- a remis au goût du jour son dispositif d'accompagnement.

Badi, Mathilde Fernandez, Mathias Bressan, Ivan Tirtiaux, Tibidi ou encore Pierres font partie des nombreux projets en développement qui y sont passés et ont eu droit à des résidences, conseils sur mesure, une programmation au festival et une mise en réseau avec le milieu pro.

Les conditions pour s'y inscrire? Elles sont assez larges: il faut résider en Belgique et chanter en français, mais pour le reste, le champ est très ouvert (aucune limite de style ni d'âge, par exemple). Ça se passe sur le site de Francofaune. "En gros, c'est simple et c'est chouette", qu'ils disent. On confirme!

Ci-dessous, le film d'après de l'édition 2020 -chamboulée, forcément- du festival Francofaune, histoire de se mettre dans le bain:

Pas un concours, pas un tremplin, pas une foire d'empoigne: depuis 2016, le festival bruxellois -qui s'applique à donner une caisse de résonnance à la "biodiversité musicale"- a remis au goût du jour son dispositif d'accompagnement. Badi, Mathilde Fernandez, Mathias Bressan, Ivan Tirtiaux, Tibidi ou encore Pierres font partie des nombreux projets en développement qui y sont passés et ont eu droit à des résidences, conseils sur mesure, une programmation au festival et une mise en réseau avec le milieu pro.Les conditions pour s'y inscrire? Elles sont assez larges: il faut résider en Belgique et chanter en français, mais pour le reste, le champ est très ouvert (aucune limite de style ni d'âge, par exemple). Ça se passe sur le site de Francofaune. "En gros, c'est simple et c'est chouette", qu'ils disent. On confirme!Ci-dessous, le film d'après de l'édition 2020 -chamboulée, forcément- du festival Francofaune, histoire de se mettre dans le bain: