Critique

Le film de la semaine: La loi du Marché, alliant coeur et esprit (de lutte)

Vincent Lindon dans La Loi du marché de Stéphane Brizé © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DRAME | Ancré dans le réel, le film de Stéphane Brizé brasse des enjeux majeurs, opposant dignité et humanité à la violence sociale produite par un système inique.

C’est l’histoire de Thierry Taugourdeau, oublié comme tant d’autres de la course au profit, et licencié la cinquantaine venue. Lequel, ayant épuisé les filières de stages professionnels ne débouchant sur rien, va dégoter un emploi de surveillant dans une grande surface, où ses principes seront mis à l’épreuve de l’impitoyable loi du marché. Ancré dans le réel, le film de Stéphane Brizé brasse des enjeux majeurs, opposant dignité et humanité à la violence sociale produite par un système inique. Le réalisateur trouve le ton et la manière justes, signant un film cohérent jusque dans sa sécheresse, tandis que, encadré par des acteurs amateurs, Vincent Lindon, primé à Cannes, confirme avoir pris une nouvelle dimension, concentré de vérité donnant son âme à ce film social alliant coeur et esprit (de lutte)… Nécessaire et fort.

DE STÉPHANE BRIZÉ. AVEC VINCENT LINDON, KARINE DE MIRBECK, MATTHIEU SCHALLER. 1H33. SORTIE: 10/06.

Lire également notre interview de Vincent Lindon, et celle de Stéphane Brizé dans le Focus du 5 juin.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content