Critique

[Le film de la semaine] Chien, fable étrange et grinçante

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

COMEDIE DRAMATIQUE | Samuel Benchetrit poursuit dans une veine absurde et décalée qui lui avait particulièrement réussi dans Asphalte.

[Le film de la semaine] Chien, fable étrange et grinçante
© DR

Sale temps pour Jacques Blanchot (Vincent Macaigne), un homme qui, non content d’être viré par sa femme (Vanessa Paradis) pour cause d’allergie à son endroit, perd dans la foulée boulot, logement, et l’on en passe; jusqu’au chihuahua qu’il vient d’acheter pour son gamin qui se fait aussitôt aplatir par un poids lourd. Moment où le dresseur (Bouli Lanners) qui le voit débarquer sans son cabot lui intime de se transformer en chien… Avec Chien, Samuel Benchetrit poursuit dans une veine absurde et décalée qui lui avait particulièrement réussi dans Asphalte. Si le film se mord parfois un peu la queue, il y a là une fable étrange et grinçante sur la déshumanisation en marche, dépeignant un monde cruel où la passivité constituerait un acte de résistance ultime -en quoi Vincent Macaigne, impeccable comme de coutume, témoigne d’un jusqu’au-boutisme forçant le respect.

De Samuel Benchetrit. Avec Vincent Macaigne, Bouli Lanners, Vanessa Paradis. 1h34. Sortie: 02/05. ***(*)

>> Lire aussi notre interview de Samuel Benchetrit

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content