Critique

[Critique ciné] Pride and Prejudice and Zombies, intrigant

Bella Heathcote et Lily James dans Pride and Prejudice and Zombies. © Screen Gems
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

ÉPOUVANTE/COMÉDIE | Drôle d’idée que d’associer le film de « patrimoine » anglais en costumes au film de morts-vivants!

Drôle d’idée que d’associer le film de « patrimoine » anglais en costumes au film de morts-vivants! Encore plus quand c’est l’univers littéraire subtil de Jane Austen qu’infiltrent méchamment les zombies de service… Film d’ouverture du BIFFF, Pride and Prejudice and Zombies propose un mélange intrigant, où l’aspect satirique fait des siennes mais dans le cadre d’une reconstitution d’époque des plus soignées. Et on se retire avec la curieuse impression -les morts-vivants n’ayant pas la dent très dure- que c’est la partie Jane Austen du contrat qui passionne davantage le réalisateur Burr Steers (Igby, 17 again)…

DE BURR STEERS. AVEC LILY JAMES, SAM RILEY, MATT SMITH (IV). 1H47. SORTIE: 06/04.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content