Semi-raccord avec ses ambitions king size, cette 34e édition de l'événement trolleux annonce peu d'invités prestigieux, et sa programmation, ratissant de plus en plus large, frise l'incohérence (Au nom de ma fille avec Daniel Auteuil, vraiment?) voire même à l'occasion le what the fuck total (coucou Les Visiteurs 3). Qu'à cela ne tienne, l'amateur patenté de cinéphilie bis s'armera d'une solide débroussailleuse pour tailler dans le gras des dizaines de productions internationales aux ambitions interchangeables et se focaliser sur les hypothétiques perles déviantes ou autres curiosités teigneuses proposées au menu. A commencer par Green Room de Jeremy Saulnier (Blue Ruin), jeu de massacre jubilatoire chez les skinheads qui évoque un Sam Peckinpah punk au final de western. En (double) ouverture, on jettera un oeil attentif à Pride and Prejudice and Zombies, l'adaptation du roman mashup parodiant Jane Austen, ou, mieux, à Men & Chicken, le nouveau film du Danois Anders Thomas Jensen, réalisateur du mémorable Adam's Apples et scénariste attitré de Susanne Bier.

Puis, dans la foulée, aux nouveaux Takashi Miike, Alex de la Iglesia, Rob Zombie voire même Hideo Nakata. Sinon, et pêle-mêle: un Aaaaaaaa! tout en grognements signé Steve Oram, acteur croisé chez Ben Wheatley; le nouveau film de Guillaume Nicloux, The End, avec Gégé Depardieu; The Survivalist, thriller post-apocalyptique anglais à la flatteuse réputation... Tandis qu'un Kevin Smith(1) (Clerks) sur le retour viendra lui-même présenter son nouveau Yoga Hosers, comédie horrifique absurde où sa propre fille, flanquée de celle de Johnny Depp et Vanessa Paradis, fait face à un troupeau de démons nazis aux faux airs de saucisses. Mais qu'est-ce que c'est que ce binz?

(1) NdlR: Le réalisateur américain a finalement annulé sa venue à Bruxelles.

BIFFF, DU 29/03 AU 10/04, À BOZAR, BRUXELLES. WWW.BIFFF.NET

Semi-raccord avec ses ambitions king size, cette 34e édition de l'événement trolleux annonce peu d'invités prestigieux, et sa programmation, ratissant de plus en plus large, frise l'incohérence (Au nom de ma fille avec Daniel Auteuil, vraiment?) voire même à l'occasion le what the fuck total (coucou Les Visiteurs 3). Qu'à cela ne tienne, l'amateur patenté de cinéphilie bis s'armera d'une solide débroussailleuse pour tailler dans le gras des dizaines de productions internationales aux ambitions interchangeables et se focaliser sur les hypothétiques perles déviantes ou autres curiosités teigneuses proposées au menu. A commencer par Green Room de Jeremy Saulnier (Blue Ruin), jeu de massacre jubilatoire chez les skinheads qui évoque un Sam Peckinpah punk au final de western. En (double) ouverture, on jettera un oeil attentif à Pride and Prejudice and Zombies, l'adaptation du roman mashup parodiant Jane Austen, ou, mieux, à Men & Chicken, le nouveau film du Danois Anders Thomas Jensen, réalisateur du mémorable Adam's Apples et scénariste attitré de Susanne Bier. Puis, dans la foulée, aux nouveaux Takashi Miike, Alex de la Iglesia, Rob Zombie voire même Hideo Nakata. Sinon, et pêle-mêle: un Aaaaaaaa! tout en grognements signé Steve Oram, acteur croisé chez Ben Wheatley; le nouveau film de Guillaume Nicloux, The End, avec Gégé Depardieu; The Survivalist, thriller post-apocalyptique anglais à la flatteuse réputation... Tandis qu'un Kevin Smith(1) (Clerks) sur le retour viendra lui-même présenter son nouveau Yoga Hosers, comédie horrifique absurde où sa propre fille, flanquée de celle de Johnny Depp et Vanessa Paradis, fait face à un troupeau de démons nazis aux faux airs de saucisses. Mais qu'est-ce que c'est que ce binz?(1) NdlR: Le réalisateur américain a finalement annulé sa venue à Bruxelles.