Critique

[Critique ciné] Donbass: tendu, révolté et désespéré

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DRAME | Sergei Loznitsa livre son nouveau long métrage, une plongée cauchemardesque au coeur du conflit ravageant le Donbass, à l’est de l’Ukraine.

[Critique ciné] Donbass: tendu, révolté et désespéré

Quelques mois à peine après Une femme douce, le cinéaste ukrainien Sergei Loznitsa livre son nouveau long métrage, une plongée cauchemardesque au coeur du conflit ravageant le Donbass, à l’est de l’Ukraine. Soit, d’une part, les forces gouvernementales, soutenues par diverses mafias, d’autre part, les gangs séparatistes pro-Russes, et partout la corruption, la confusion et le chaos prévalant dans « un monde perdu dans l’après-vérité et les fausses identités« . Une situation affolante que le réalisateur appréhende en un enchaînement stupéfiant d’épisodes plus ahurissants les uns que les autres, glissant de l’absurde – l’histoire de l’homme cherchant à récupérer son véhicule, pour se heurter à la bureaucratie militaire- au trash le plus cru -la scène de lynchage, effarante-, avec ce qui, derrière la virtuosité de la mise en scène, ressemble fort à de la complaisance. Tendu, révolté et désespéré, un film ayant le don de laisser le spectateur hagard.

De Sergei Loznitsa. Avec Tamara Yatsenko, Liudmila Smorodina, Olesya Zhurakovskaya. 2h01. Sortie: 23/01. ***

>> Lire également notre interview de Sergei Loznitsa.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content