A la télé ce soir : Belmondo l’incorrigible

© Daniel SIMON/GAMMA RAPHO
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Pour lui, vivre a toujours été une aventure. Presque un jeu. Et rien ne raconte mieux sa vie que ses films.” François Lévy-Kuentz, à qui l’on doit Un été à la Garoupe, Cocteau-Al Brown: le poète et le boxeur ou encore Dans l’œil de Luis Buñuel, brosse cette fois le portrait de Jean-Paul Belmondo. Belmondo, l’incorrigible, l’impulsif, le désinvolte, l’optimiste, le farceur. Belmondo, l’acrobate qui bondit, vole, cabriole. L’athlète hors pair et l’acteur casse-cou qui s’est déchiré la cuisse, foulé des chevilles, ouvert la tête, cassé des clavicules, tordu des vertèbres, fracturé le bassin, et a supporté des centaines de points de suture. En 50 ans de carrière, Bébel a tourné 90 films. Mais monstre sacré du cinéma populaire, il a dû attendre Itinéraire d’un enfant gâté et 1989 pour être récompensé d’un César (trophée qu’il n’est d’ailleurs même pas allé chercher). Que cache le comédien rebelle derrière son sourire d’éternel séducteur? Monté avec rythme et humour sur un tas d’extraits de films bien choisis, L’Incorrigible raconte comment il a attrapé son nez de boxeur et comment il a convaincu Jean Seberg de ne pas quitter le tournage de À bout de souffle. Comment il a failli tuer le fils de Jeanne Moreau (incarnant pour le coup et pour beaucoup l’inconscience de la jeunesse) et comment il a sympathisé avec Gabin. Engueulade avec Melville, confrontation avec Delon, histoires d’amour et AVC… 

Documentaire de François Lévy-Kuentz. A 21h10 sur France 3.

7

Partner Content