[critique scènes] Sous les feuilles mortes, nos vies

Rêve d'automne, de Jon Fosse par Georges Lini © Jérôme Dejean
Nicolas Naizy Journaliste

Dans le tourbillon ocre automnal de la chute des feuilles, Georges Lini et ses comédiens composent pour le Rêve d’automne de Jon Fosse, une partition intime empreinte de délicatesse. Dissertation sur la passion, les choix posés pour y répondre et le temps qui passe.

Elle et lui -leurs prénoms ne seront jamais dits- ne se sont plus vus depuis des années. Dans ce cimetière d’un village de province qu’il a quitté depuis quelques années, leur rencontre ravive les souvenirs et une passion qui ne s’était jamais vraiment concrétisée. Elle est libre, lui marié. Qu’importe, leur amour est trop fort pour ne pas être vécu, au risque de blesser leur entourage. La vie est courte, il faut saisir l’opportunité quand elle se présente. En lisant Rêve d’automne, classique du dramaturge norvégien contemporain Jon Fosse, Georges Lini a été séduit par ces moments « où la vie s’est jouée sur un coup de dés« .

Rêve d'automne, de Jon Fosse par Georges Lini
Rêve d’automne, de Jon Fosse par Georges Lini© Jérôme Dejean

Dans ce même cimetière un couple plus âgé vient enterrer la grand-mère. Le fils se fait attendre. Va-t-il venir? On comprend que le temps a passé, qu’ils font tous partie de la même famille et que les questions sur les choix posés restent vives. Dans une narration à la temporalité sautillante dans les années, la pièce vient questionner les choix de vie, leurs conséquences et la fugacité de l’existence. Parce que lorsqu’il est trop tard… Sous le tapis de feuilles rouge et ocre, les pierres révèlent les noms de celles et ceux partis trop vite.

Rêve d'automne, de Jon Fosse par Georges Lini
Rêve d’automne, de Jon Fosse par Georges Lini© Jérôme Dejean

Isabelle Defossé et Georges Lini forment en couple en parfaite symbiose, touchants dans leurs hésitations comme dans leur passion qu’ils s’avouent enfin. En mère inquiète, Cécile Van Snick apparaît toute vibrante dans ses questionnements face à un Claude Semal essayant de la rassurer. Fugace mais bien présente, Barbara Sylvain, en épouse meurtrie, vient apporter le point final à cette valse des sentiments. Les générations, les âges et les époques se croisent et se répondent. Dans la sobriété et la retenue, Jon Fosse éclate le puzzle chronologique de son histoire pour convoquer les fantômes de nos vies. Notre passage ici est bref, profitons-en, ne regrettons rien, tente-t-il de nous dire. La recette intime plutôt rare chez un metteur en scène bouillant comme Lini trouve son liant dans le mystère qu’il parvient à fondre dans la langueur austère du Norvégien. Petit à petit, le charme agit dans le tourbillon émotif de ce Rêve d’automne.

Rêve d’automne, de Jon Fosse. Mise en scène de Georges Lini. Du 17 au 26 février au Rideau à Ixelles. www.lerideau.brussels.

Partner Content