Refrain connu: c'est l'histoire d'un jeune projet qui aurait dû éclore au printemps dernier, mais auquel le confinement a coupé l'herbe sous le pied. Paradoxant, l'échappée belle d'Antoine Meersseman, aurait effectivement dû donner son premier concert il y a un an, quasi jour pour jour. De fil en aiguille, de report en report, celui qu'on connaît avant tout comme multi-instrumentiste au sein de BRNS a tout de même réussi à distiller quatre clips au cours de l'année, et vient de sortir un premier album sur le label bruxellois Humpty Dumpty.

Bien entouré (d'Antoine Pasqualini alias Monolithe Noir, et de Romain Bernard de Ropoporose, avec lequel il formait aussi le supergroupe Namdose), Antoine Meersseman n'a pas son pareil pour écrire des mélodies lancinantes et biscornues qui s'incrustent dans l'oreille: en ce sens, Earworm mérite parfaitement son nom. Et devrait séduire sans encombre les fans de Suuns ou de Liars.