Pourquoi Angoulême reste "the place to BD"

04/02/19 à 10:41 - Mise à jour à 10:47
Du Le Vif Focus du 31/01/19

Être présent au festival d'Angoulême, pour tous les acteurs du secteur, c'est coûteux et épuisant, mais c'est incontournable. La preuve par les exemples, et la présence en force des Belges.

>> Lire également: La BD n'est plus le monopole des vieux mâles blancs francophones
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires