>> Lire également: Pourquoi Angoulême reste "the place to BD"
...