Voir le réalisateur du Pornographe, de L'Apollonide, de Saint Laurent ou encore de Nocturama s'attaquer au film de zombies en surprendra sans doute plus d'un. Et pourtant... Jadis grand amateur de cinéma de genre, le natif de Nice, musicien de formation tout juste âgé de 50 ans, s'est toujours montré irréductible aux modes comme aux conventions, prenant pour seule habitude d'aller tourner là où le mènent son désir et sa curiosité. Ce cinéma de genre en principe très codé, Bonello, réalisateur intellectuel et plastique, l'investit aujourd'hui en véritable exorciste dans Zombi Child, le débarrassant de ses démons comme de ses motifs les plus attendus pour revenir aux racines mêmes du mythe (lire également notre encadré). Soit le zombie comme symbole absolu d'une humanité perdue, d'une liberté aliénée.
...