Critique | Cinéma

[critique ciné] New Order: un film-choc

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

La lutte des classes trouve une expression exacerbée devant la caméra de Franco qui, mettant en scène le basculement de la société mexicaine, ne cherche nullement à ménager le spectateur qu’il plonge, à l’instar de son héroïne, en plein cauchemar.

Il y a dans Nuevo Orden de Michel Franco, de petits airs de Parasite de Bong Joon-ho, dont le cinéaste mexicain proposerait, en quelque sorte, une version plus radicale. Tout commence par un mariage dans la haute société mexicaine, où s’invite bientôt la violence de la rue. La suite tient de l’engrenage infernal, inégalités sociales et ethniques combinées au cynisme des puissants composant un cocktail explosif. La lutte des classes trouve une expression exacerbée devant la caméra de Franco qui, mettant en scène le basculement de la société mexicaine, ne cherche nullement à ménager le spectateur qu’il plonge, à l’instar de son héroïne, en plein cauchemar. Pour livrer un film-choc, visionnaire ou complaisant, c’est selon.

De Michel Franco. Avec Naian González Norvind, Diego Boneta, Monica Del Carmen. 1 h 28. Sortie: 08/12. ***

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content