Critique

Une place sur la terre

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

DRAME| Et un nouveau numéro de clown triste pour Benoît Poelvoorde, en photographe dépressif noyant sa mélancolie chronique dans l’alcool fort.

Une place sur la terre - Benoît Poelvoorde et Ariane Labed
Une place sur la terre – Benoît Poelvoorde et Ariane Labed© DR

Un solitaire, un vrai de vrai, qui n’a pas de gsm, n’aime pas les fêtes ni les gens, mais cache bien sûr sous une écorce bourrue une sensibilité à fleur de peau, et un potentiel artistique peu commun. Qualités appelées à s’épanouir quand il rencontre Elena, jeune paumée aux côtés de laquelle il pourrait enfin se trouver une place sur la terre… Sous ses dehors faussement écorchés, un film complaisant et sentencieux au possible (« Le plus difficile dans le malheur, c’est de rester modeste ») ne se refusant aucune poussée de pathos -la suicidée en chaise roulante, le moutard aux yeux de cocker… Gros malaise. ˜

  • Drame de Fabienne Godet. Avec Benoît Poelvoorde, Ariane Labed. 1h30. Sortie: 04/09.
Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content