Critique

Nous York

© DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

COMÉDIE | Deux ans après la réussite de Tout ce qui brille, qui voyait deux jeunes filles de banlieue partir à la conquête de Paris, Nous York en élargit le principe, envoyant Samia (Leila Bekhti) et Gabrielle (Géraldine Nakache) dans la Grosse Pomme.

Comédie de Géraldine Nakache et Hervé Mimran. Avec Leila Bekhti, Géraldine Nakache, Manu Payet. 1h38. Sortie: 07/11. **

COMÉDIE | Deux ans après la réussite de Tout ce qui brille, qui voyait deux jeunes filles de banlieue partir à la conquête de Paris, Nous York en élargit le principe, envoyant Samia (Leila Bekhti) et Gabrielle (Géraldine Nakache) dans la Grosse Pomme. Elles en sont l’une à être l’assistante d’une star, l’autre à travailler dans une maison de retraite, lorsqu’elles ont la surprise de voir débarquer Michaël (Manu Payet), Nabil (Nader Boussandel) et Sylvain (Baptiste Lecaplain), trois amis de leur cité de Nanterre vivant là un rêve éveillés. Avec le New York, New York de Sinatra en toile de fond, le film de Hervé Mimran et Géraldine Nakache brasse tranches de vie, fantasmes, désillusions et aimables clichés. Si cette histoire d’amitié(s) recèle de beaux moments, l’entreprise pèche cependant par son manque de consistance. L’accumulation de péripéties ne vaut pas scénario, en effet, et Nous York, pour être assurément plaisant, échoue à tenir les promesses qu’avait laissées entrevoir son impeccable générique.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content