Critique

Les beaux jours

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

COMÉDIE DRAMATIQUE | Craignant de la voir sombrer dans la déprime, ses deux filles offrent à leur mère Caroline (Fanny Ardant), une dentiste fraîchement retraitée, un forfait découverte aux Beaux Jours, un club d’activités pour séniors.

D’abord réticente, la fringante sexagénaire va bientôt s’ouvrir à ce nouvel environnement et au monde qui s’offre à elle -jusqu’à, entre les cours de poterie et l’initiation à l’oenologie, entamer une liaison adultère avec Julien (Laurent Lafitte), le sémillant prof d’informatique maison. Consacrant le retour de Marion Vernoux au cinéma dix ans après A boire, Les Beaux jours adopte un ton feutré pour s’aventurer en terrain fort convenu en définitive. La présence de Fanny Ardant aidant, la mélancolie y trouve toutefois un grain suave certes pas déplaisant…

COMÉDIE DRAMATIQUE DE MARION VERNOUX. AVEC FANNY ARDANT, LAURENT LAFITTE, PATRICK CHESNAIS. 1H34. SORTIE: 19/06.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content