Critique

[Le nanar de la semaine] Dirty Grandpa, sans doute le pire rôle de De Niro

Zac Efron et Robert De Niro dans Dirty Grandpa © DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

COMÉDIE | Persuadé que « plus c’est vulgaire, plus c’est drôle », Dan Mazer (Borat, Brüno), aligne les blagues graveleuses sur les gros, les homos, le nazisme ou même la pédophilie.

Embarquant un papy lubrique et son petit-fils modèle dans une virée de tous les excès en Floride, le film est réalisé comme un vieil épisode de The Grind sur MTV -avec un gros pénis veineux en lieu et place de la caméra, donc… Persuadé que « plus c’est vulgaire, plus c’est drôle », Dan Mazer, le scénariste de Borat et Brüno, aligne les blagues graveleuses sur les gros, les homos, le nazisme ou même la pédophilie -grand moment de solitude au détour d’un gag où un gamin fait mine de sucer Zac Efron sur la plage- dans un esprit de surenchère embarrassant d’infantilisme. Argument grimaçant de cette comédie priapique qui n’a tellement peur de rien qu’elle s’essaie même à la bien-pensance le temps d’une poignée de scènes édifiantes de sensiblerie, De Niro cabotine comme jamais dans ce qui restera peut-être comme le pire rôle de sa carrière. Un tour de force en soi…

DE DAN MAZER. AVEC ROBERT DE NIRO, ZAC EFRON. 1H42. SORTIE: 17/02.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content